LE PRESSENTI

21 mars 2017

n'ayez pas peur chez nous

 

Il n'y a pas de crise constitutionnelle.

Pour comprendre ce qui se passe, Corrélez-le avec cette première d'un Président qui ne se représente pas. Corrélez le aussi avec la crise morale qui frappe de plein fouet société et élite confondue.
Aucun dessein politique majeur.
Rien que de petits calculs de circonstance, que de petites guerres de positions entre intérêts personnels et de groupes déboussolés face au grand point d'interrogation que suscite cette transition inédite

N'ayons peur de rien Dit autrement la peur est dans l'attente de l'après et dans la transposition des expériences passées sur l'instant.
Au présent, il n'y a pas de peur. Au présent on est tout entier dans la réponse de circonstance .C'est tout..

melehfa

Posté par adcriyadh à 23:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 mars 2017

LA CRISE EN MAURITANIE COMMENCE

SIDI M’BAYE Le Sénat mauritanien a rejeté vendredi 17 mars le projet de révision constitutionnelle soumis par le gouvernement du président Mohamed Ould Abdel Aziz. 

Flag_of_Mauritania__2016_proposal_

il prévoyait notamment sa suppression en tant qu'institution et le changement du drapeau national.

Trente-trois sénateurs sur 56 ont voté contre le projet de révision constitutionnelle soumis par le gouvernement. Ce rejet par le Sénat du projet de loi gouvernemental survient après l'adoption le 9 mars du même texte par l'Assemblée nationale.

Pour être validé, il devait être adopté par chacune des deux chambres du Parlement à la majorité des deux tiers et ensuite être soumis à un congrès parlementaire. Le pouvoir est largement majoritaire dans les chambres.

Ce rejet de la révision constitutionnelle n’était pas attendu, selon des observateurs, parce que certains membres du Sénat voyaient  parti majoritaire  dans tous les cas

Le texte de révision constitutionnelle, qui modifie la Constitution en vigueur depuis le dictateur taya en 1991, prévoit notamment une suppression du Sénat, remplacé par des Conseils régionaux, et un changement du drapeau national. Le texte prévoit aussi la suppression de la Haute cour de Justice, du médiateur de la République et du Haut conseil islamique.

« L'initiative présidentielle est ainsi définitivement évacuée par les sénateurs. (Il appartient) au président (de la République) de la reprendre par la voie du référendum populaire
Le Parlement avait entamé le 22 février à Nouakchott la session extraordinaire consacrée essentiellement à l'examen de modifications de la Constitution. Ces amendements avaient été arrêtés lors d'un dialogue entre le pouvoir et l'opposition
Cette décision du Sénat vient renforcer notre démocratie. Ce n'est  pas la victoire ni la défaite de personne. C'est ainsi que nous pourront faire avancer notre processus démocratique.si nous  n’irons pas  à une crise politique qui conservera  le president actuel jusqu'à preuve du contraire

Et qui sait ? Après  cela

Posté par adcriyadh à 21:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 janvier 2017

LA LIBERTE DES FEMMES ONG

Le  gouvernement   mauritanien accepte dans sa tradition beaucoup de feu-vert  pour les  femmes surtout  quand une grande  majorité de femmes  cultivées  bénéficient  d’ONG , et souvent sans comprendre on accepte à cette frange de société civile  des prérogatives contraires à notre  société musulmane et à nos coutumes ,y  comprise la loi  récente  basée sur le genre  qui a bouleversé beaucoup de nos citoyens , ceci dit  qu’on accepte tout quand une ONG est dirigée par une femme  même auprès des ONG internationales en Mauritanie

Le milieu  de la société civile se reconvertie   au féminin  un jour pour pouvoir gagner un marche auprès du gouvernement ou accepter un marche (un comportement grave) cependant les lois doivent faire l’objet d’une étude auprès  des expert avant leur sortie au parlement   et revoir cet  acceptation  qui est hors comportement  à notre  nation

KHADY CISSE

TEL 20650085

images

Posté par adcriyadh à 18:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 novembre 2016

le jeu au destin

OUI NON

MOhcen et compagnons feront de tout bord pour rendre le changement politiques  difficiles quant à la tentative d’amender la Constitution sans adopter au préalable ce projet de révision de la loi fondamentale, révèlent des sources au sein de la commission de suivi du sénat.

  le gouvernement a  juste approuvé le projet de révision constitutionnelle à soumettre à la consultation populaire par voie référendaire.

Les sénateurs sont à pied d’œuvre contre l’amendement constitutionnel, qui vise entre autres l’annulation de la haute chambre .

Certains responsables politiques  avaient accusé des membres du gouvernement d’avoir vilipendé la haute chambre, dans leur interprétation du discours du Président à Néma.

Posté par adcriyadh à 01:03 - Commentaires [2] - Permalien [#]

05 novembre 2016

LE BEMOP EN PANNE

dockers du port

Les dockers du port autonome de Nouakchott dit port de l’amitié (PANPA) ont poursuivi  cette semaine leur grève pour la troisième journée consécutive, pour protester contre le système «sortie TC-
Pour les dockers, cette nouvelle mesure n’a eu aucune incidence sur les recettes douanières, ni sur le revenu des hommes d’affaires ni le bureau d’embauche de la main d’œuvre portuaire, contrairement à  leurs gains, gravement  défectueux

ils ne réviseront pas l’accord de 2014 car le bureau des BEMOP, après ould cheikhna  est resté vacant Les dockers avaient entamé toujours des journées de grève  sans réponses pour dénoncer leur mécontentement ce qui influe essentiellement sur leurs   gains
l’ONG ADCMAURITANIE(association de développement ,lutte à la pauvreté) invite le gouvernement a adopté les reformes appropriées dans le cadre de négociations ouvrières
nous  renouvelons notre solidarité avec les manœuvres du port   pour aboutir à leur revendications légitimement attendues ».

Posté par adcriyadh à 20:02 - Commentaires [1] - Permalien [#]


23 octobre 2016

LE PAIN EN MAURITANIE

pain

pain2

Depuis  septembre 20014, les boulangeries, regroupées au sein de la Fédération Mauritanienne des Boulangeries (FMB), ont,  décidé d'augmenter le prix du pain en le doublant. Cette mesure s'est fait sentir particulièrement dans les quartiers périphériques où les habitants avaient l'habitude de trouver chez leurs boutiquiers une seule baguette de pain à quarante ouguiyas.
Cependant, depuis  septembre, les boulangeries proposent deux baguettes de pains l’une  de 75 grammes et  trop  petite se vend à 50 ouguiyas et l’autre de 100 gramme à 100 ouguiyas la baguette 

Et  masquant leur objectif à long terme, auprès du prix du sac de farine qui est à 6000 Um aujourd’hui, les boulangeries proposent toujours  une petite quantité de la petite baguette  et de la grande baguette Dès les premières heures de la matinée, les quantités des baguettes  sont épuisées. Alors ceux qui ont besoin du pain plus tard dans la journée ne trouvent rien  chez les boulangers ou les boutiquiers que la baguette de 50 ouguiyas: c'est à acheter ou à laisser, il n'y a pas d'autre choix.
Les boutiquiers ont été pourtant surpris, en se rendant voir les sociétés agroalimentaires pour demander la baisse du prix de la tonne de farine qui est aujourd’hui à 102 000 Um, et sans doute la pesée de la baguette du pain doit augmenter en le doublant

La mise sur le marché de deux baguettes au grammage différent est destinée  techniquement à faire monter le prix du pain déclare un consommateur cette augmentation de prix de la baguette en diminuant sa pesée qui traditionnellement connue  (350grammes est un kilo de pain) au moment même où la population fait face à une période de concurrence de boulangerie auprès de madame la ministre de la politique du commerce

 La farine, principale composante du pain, ne connaît plus en tout cas une forte inflation. Une tonne de farine qui se vendait à 175.000um, il y a 3 ans, il se vend aujourd’hui à 102.000um, la tonne ce qui peut justifier au moins une pesée considérable  de la baguette en faveur des populations

Posté par adcriyadh à 23:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

LES ENFANTS DE LA RUE

les enfants de la rue

L’ADCRIYADH (Association de développement communautaire et humaine) fondée en Mars 2008 est reconnu par l’Etat en juillet, elle  est une Association de cadres volontaires sensibles à la situation des enfants pauvres et demunis.

L’ONG envisage  mener ses actions de mise en œuvre et de recherche par une approche sincère, respectueuse et participative de solutions adaptées à la problématique des enfants en situation difficile et plus particulièrement les enfants des rues dans le domaine de la réintégration familiale, la réinsertion scolaire et socioprofessionnelle, nous avons créé l’association dans le souci d’apporter une réponse à la situation dramatique et néfaste des enfants errant les rues à la recherche du pain ou d’un quotidien meilleur.

Le phénomène des enfants de la rue, est un phénomène qui a pour cause la baisse du niveau d’encadrement et d’éducation et de protection dont bénéficient les enfants, que ça soit au niveau de la famille ou au niveau social.

 Cette situation s’applique particulièrement aux enfants appartenant aux familles démunies, aux enfants déviants, et aux enfants dont les parents n’arrivent point à les prendre en charge, La problématique des enfants de la rue est une grande fatalité qui entrave son avenir et l'avenir d'un pays et qui peut arriver à n’importe quel enfant, la situation des enfants de la rue est le plus alarmant des signaux de détresse que puisse émettre une communauté humaine en crise. Il est criminel et dangereusement coupable de laisser des pans entiers d’une humanité sombrer dans les oubliettes de l’Histoire.

 

Posté par adcriyadh à 00:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 octobre 2016

LE DIALOGUE

Mohamed_Abdel_Aziz_M2

Le dialogue national est  lancé fin septembre s'est achevé ce jeudi soir. Un accord politique a été signé entre la majorité et  les partis d'opposition.

 Plusieurs révisions constitutionnelles ont été retenues, mais pas la suppression de la limitation des mandats présidentiels, l'article 28 qui limite le nombre de mandats à deux. Lors de la cérémonie de clôture, le chef de l'Etat a d'ailleurs cherché à mettre un point final à la polémique autour d'un éventuel troisième mandat.
Le président mauritanien a martelé une conviction : que les modifications constitutionnelles doivent servir l'intérêt général et non des intérêts personnels.

Plusieurs autres réformes ont été retenues. Le Sénat devrait être supprimé. La représentation des collectivités territoriales se ferait donc au travers de la création de conseils régionaux et il serait désormais précisé qu'en cas de vacance du pouvoir l'intérim revient au président de l'Assemblée nationale. La Haute Cour de justice disparaîtrait également.

L’opposition fait part de ses désaccords

Difficile de savoir la portée politique pour pourrait avoir cet accord puisque la principale coalition d'opposition, et le parti de l'opposant historique Moktar Ould Daddah ont boycotté ces discussions dès le départ. Mais en plus, l'APP de Messaoud Ould Boulkheir, qui avait participé aux débats, a finalement rejeté les conclusions. L'opposition liée par cet accord se réduit donc presque, pour ce qui est des formations effectivement représentées à l'Assemblée, au parti El Wiam.

En revanche, le maintien de la limite des mandats coupe quelque peu l'herbe sous le pied de l'opposition qui comptait bientôt manifester contre le pouvoir et les conclusions du dialogue, en mobilisant principalement autour du rejet d'un 3e mandat d’Aziz. Mais un autre point de l'accord risque de créer des remous dans la scène politique : celle de la tenue d'élections législatives et municipales anticipées.

Posté par adcriyadh à 18:49 - Commentaires [2] - Permalien [#]

17 octobre 2016

IRA EN PERTE

non_a_l_esclavage

Le  militant trésorier du président de l’Ira de Mauritanie  est tombé en crise dans sa cellule de prison  à Zoueratt nord de Mauritanie , ce malade  était en consultation médicale pendant son séjour à la prison de  Dar naim  à Nouakchott et selon  les médecins  de la place , le prisonnier est au premier apparition de l’hépatite B, il doit se présenter à un Rendez-vous dans  un mois pour  son traitement  et devait avoir des dispositions  avant son transfert à zoueratt

Il  a été admis en urgence à l’hôpital de Zouérat après une aggravation de son état de santé. Le médecin qui a pu consulter son état  a demandé son évacuation vers Nouakchott afin qu’il puisse être pris en charge dans des conditions adéquates.

.

Selon les dernières informations reçues Ahmed attend toujours son évacuation vers Nouakchott ; les autorités  semblent pour le moment  prendre son état de santé au sérieux.

Une ONG de la place à la commune de Riyadh suit avec inquiétude le cas d’Ahmed Hamdy et exige son évacuation dans des  conditions particulières  et adaptées  que nécessite son état de santé critique

Posté par adcriyadh à 08:33 - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 octobre 2016

le commerce senegalo-mauritanien en panne

bacde rosso

 Le  transport entre la Mauritanie et le Sénégal, frictionné depuis une semaine, à cause de la négligence des autorités locales de Rosso.

Une situation qui  a  paralyse les activités des camions transportant des marchandises  à la frontière. Les produits transportés sont   pourris.

 Le Bac de Rosso, depuis quelques temps, a du mal à assurer les nombreuses rotations quotidiennes. Et pour cause, une négligence de la part des autorités du Sénégal  qui aurait oublié de revoir la construction du quai situé au niveau de Rosso Sénégal, afin que le ferry puisse arriver à accoster sans aucun problème majeur. Ce qui fait qu’avec la montée des eaux, le Bac accoste difficilement sur le quai de Rosso Sénégal.

Une situation que dénoncent les commerçants  camionneurs qui,  régulièrement font  la navette entre Nouakchott  et Dakar

Brahim Vall, agent de poursuite du débarcadère de Rosso Mauritanie  nous déclare  que les transactions sont en baisse entre les deux rives alors que  les chauffeurs sont  confrontés à de sérieux problème s.
Ce problème aurait pu être évité si  les autorités avaient  anticipé les travaux avant l’hivernage pour éviter ses obstacles.

Mr ;Sidi M’baye

 

Posté par adcriyadh à 12:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]